Samedi 14 septembre 2019 - 01h26

Algarve
Retrouver le sens de la marche quand tu ne sais pas où tu vas. Pas évident! Mais je sais que ça va venir. Le bateau pour ça c’est pas mal. La nuit surtout. D’ailleurs, comme une mise à l’épreuve, la météo ici, au sud du Portugal est intéressante, et pas si simple. Le vent qui tourne de 90 à 3h et demi du matin, ça coupe un peu le sommeil mais c’est distrayant. Ça fait quelques jours que ma patience est limitée avec mon équipier. Injuste, inutile, mais incontournable malgré mes efforts. Je repense à ce livre cité à maintes reprise par Julien lors de notre voyage il y a 4 ans : lâcher prise. T’as raison Léon ! Je m’y attelle sans relâche. Ça va venir, je le sais.
En attendant, cette petite pause à Albufeira, au sud du Portugal, est la bienvenue. Ici, c’est l’Algarve dans toute son horreur et sa douceur de vivre. Je vois passer des speed boat qui consomment plus que Depardieu et houellebeque réunis, emmenant des chargements entiers de touristes prêts à passer les semaines qui viennent chez leur osteo favori pour réparer les dégâts subits par leur colonne vertébrale. Mais il y a aussi un avant goût des antilles avec des bars 3/4 vides ou la super bock coule à flots apportées par des serveuses venus de l’Europe entière. Le temps est arrêté. On pourrait s’enliser ici sans s’en rendre compte. C’est d’ailleurs ce que font bon nombre de gens que l’on croise ici, qui échappent à l’impôt de leur pays d’origine en achetant un appartement à Albufeira et y passe suffisamment de temps pour être déclarés non résidant dans leur pays. Mais échappent-ils à l’ennui et les problèmes de prostate et autre ménopause ? Pas certain.
Cette pause portugaise prendra fin sans doute demain. Cap au sud encore et toujours. Le bateau va bien et moi aussi.

Écrire un commentaire

Quelle est la troisième lettre du mot jacttg ?